Documentation: TMS

Vous êtes professionnel de la santé: médecin généraliste, rhumatologue, kinésithérapeute, ostéopathe, ergonome, nutritionniste, dermatologue, phlébologue ...
ou bien enseignant de sport, danse, arts du cirque, arts martiaux, yoga...?

Nous avons besoin de vos contributions pour enrichir notre rubrique Documentation!

Merci de nous contacter:



Ordre des articles:
Rachis cervical / Nutrition: éviter les tendinites / Dossier INRS: travailler assis ou debout / Postures pénibles / Facteurs de risques de type biomécanique
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
  • NUQUE / RACHIS CERVICAL - Entretien avec un kinésithérapeute - Repères anatomiques et CONSEILS PRATIQUES DE PREVENTION SPECIFIQUES POUR LES MODELES: Article complet ici
Quelques extraits: "Concernant la colonne et particulièrement la région cervicale, Serge nous conseille :
- d’éviter toutes les positions et mouvements extrêmes de la nuque, et ce particulièrement lors des poses longues. Restez toujours en dessous de vos possibilités articulaires.
- de conserver au maximum le bon alignement des vertèbres, donc de préserver l'alignement des trous vertébraux. (...) Jouez par exemple davantage avec les épaules ou d’autres articulations pour varier vos propositions.(...) Gardez à l’esprit que les dommages, une fois causés à la colonne vertébrale (dont la nuque) sont irréversibles. Un disque par ex. ne se répare pas. Les risques augmentent avec l’âge et selon votre forme physique.

Attention la déflexion de la tête (= tête en arrière) est vivement déconseillée. (...) . Idem quand on penche la tête excessivement en avant (poses « ramassées ») ou sur le côté. Attention aussi en rotation avec flexion latérale : les vertèbres ont alors plus de jeu, on peut pousser plus loin le mouvement et se faire très mal! (...)

D’une façon plus générale, il est aussi préconisé de multiplier les appuis. Par ex, sur une pose penchée ou en déséquilibre, prendre appui sur un mur, le dos d’une chaise, ou un bâton. Pour les poses debout, prendre bien appui sur les deux jambes, même si on a une jambe pliée. Cela permettra de soulager les efforts exercés sur le rachis et une meilleure circulation sanguine. (...) " [et davantage d'infos dans l'article complet ici]
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
  • DOSSIER INRS: Travailler assis ou debout (dw60): Cliquez ici
Des informations intéressantes sur les effets de l'immobilité. A lire absolument!
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
  • POSTURES PENIBLES:
(extraits / source:
http://www.travailler-mieux.gouv.fr/Postures-penibles.html)


"Les « postures pénibles définies comme position forcée des articulations » sont principalement celles qui comportent des angles extrêmes des articulations (ex : le bras au-dessus de la ligne des épaules est une posture extrême pour l’épaule). Cependant, le maintien de position(s) articulaire(s) durant de longues périodes génère des contraintes physiques locales (posture des bras sans appui, maintien prolongée d’une posture accroupie ou le dos penché en avant,…) et globales (station statique prolongée).
Effets sur l’Homme:
Les postures extrêmes ou prolongées constituent des facteurs de risques de TMS. (...)Toute posture du corps peut entraîner progressivement :
- de l’inconfort ;
- de la fatigue ;
- des lésions musculo-squelettiques (TMS) lorsqu’elles sont maintenues et répétées ; une réduction durable des capacités fonctionnelles.

Caractérisation:
Il n’existe pas de posture idéale. En fonction de la durée, de la répétitivité des postures et du type d’activité, chacun perçoit les limites des postures qu’il adopte."
---------------------------------------------------------------------------------------------------
Accord du 12 décembre 2011 relatif à la prévention de la pénibilité:
(...) Les contraintes posturales lourdes se répartissent en trois grandes familles :
– les situations fatigantes, qui regroupent, pour plus de 20 heures par semaine, la station debout prolongée (...);
– les postures pénibles : rester à genoux, les bras en l'air, accroupi ou en torsion plus de 2 heures par semaine pour chaque contrainte posturale ;
– les contraintes cervicales : maintenir une position fixe de la tête et du cou plus de 20 heures par semaine

---------------------------------------------------------------------------------------------------
  • FACTEURS DE RISQUES DE TYPE BIOMECANIQUE:
(extraits / source: Belgian Safe Work Information Center: http://www.beswic.be/fr/topics/msa-tms)

Quatre paramètres biomécaniques sont déterminants dans la survenue des TMS (troubles musculo-squelettiques) : il s’agit de la posture, la répétition, la force et la durée de l’activité.
Ces paramètres sont à l’origine des détériorations progressives des tissus par l’étirement ou la compression. Ils perturbent également la nutrition des structures articulaires, des muscles et des tendons.
Postures:
Parmi les facteurs de risque biomécaniques, les postures sont les plus évidentes à analyser et à corriger. Leur examen doit tenir compte des combinaisons de postures qui augmentent le risque. La connaissance des possibilités articulaires et des amplitudes de confort permet de situer le geste de travail sur une échelle d'appréciation du risque.
Les figures suivantes présentent les amplitudes de confort pour les principales articulations. Par amplitudes de confort, on entend positions au-delà desquelles le risque de lésion articulaire augmente considérablement. Plus l'écart avec la position de confort est grand, plus le risque augmente. Les lésions résultent d'un étirement des structures articulaires, des ligaments, des tendons et des muscles. Les éléments nerveux peuvent aussi souffrir par étirement direct ou par compression par les structures qui les entourent.
Les quelques figures suivantes mentionnent pour les principales articulations la zone appelée posture ou amplitude de confort (zone verte), la zone non recommandée (zone orange) et la zone inacceptable (zone rouge).

Colonne cervicale:
































Colonne lombaire:
Les postures en flexion du tronc vers l'avant/vers l'arrière provoquent:
  • inversion/augmentation de la courbure du dos
  • pincement du disque
  • étirement des ligaments et du disque
  • augmentation de la pression sur le disque (effet de bras de levier).




Rotation combinée à la flexion:
La simple rotation du tronc provoque déjà un cisaillement des fibres de l'anneau. Mais si elle est combinée à la flexion, les conséquences sont:
  • augmentation du cisaillement des fibres de l'anneau
  • augmentation de la pression sur le disque (effet de bras de levier)
  • inversion de la courbure du dos
  • pincement de la partie antérieure et latérale du disque
  • étirement de la partie postérieure et latérale du disque.


Rester longtemps assis sur un siège:
Le maintien de la position assise entraîne:
  • inversion de la courbure du dos
  • pincement de la partie antérieure du disque
  • étirement des ligaments et de la partie postérieure du disque
  • réduction de la nutrition du disque.

Rester longtemps accroupi:
Le maintien de la position accroupie provoque:
  • inversion de la courbure du dos
  • pincement de la partie antérieure du disque
  • étirement des ligaments et de la partie postérieure du disque
  • augmentation de la pression sur le cartilage des genoux.
Epaule:









 

Coude:

Poignet:



Durée et répétitivité des gestes:
Toute position du corps peut entraîner un certain inconfort et une fatigue si elle est maintenue pendant une longue période. La position debout, par exemple, est une posture naturelle du corps qui ne pose en elle-même aucun problème de santé. Toutefois, le fait de demeurer debout pendant une période prolongée peut causer des douleurs aux jambes, une fatigue musculaire généralisée et des douleurs dans la région lombaire. (...)

Types de contraction musculaire:
Le type de contraction musculaire est un facteur important. On distingue la contraction "dynamique ou isotonique" et la contraction "statique ou isométrique".
Contraction dynamique: alternance de contraction-décontraction qui permet aux vaisseaux sanguins de jouer efficacement leur rôle de transport des éléments nutritifs et des déchets.
Contraction statique: contraction musculaire (sans décontraction) qui comprime les vaisseaux sanguins et entrave la circulation sanguine. Ce type de contraction favorise l'appauvrissement de la nutrition des tissus et l'accumulation des déchets métaboliques. Ce phénomène accélère le processus de fatigue musculaire.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------